Issue d'une famille de musiciens, Catherine LUCA commence le piano à l'âge de 4 ans. Très vite, sur les conseils de son professeur Madeleine Giraudeau Basset, elle prépare et est admise à l'entrée du CNSM de Paris à 11 ans en classe de solfège spécialisé. Trois ans plus tard, admise 1ère nommée à l'unanimité, elle intègre la classe de piano d'Aldo Ciccolini.

Elle suit parallèlement les classes d'analyse (Claude Baliff), de déchiffrage (Jacqueline Robin), d'harmonie, fugue et contrepoint (Pierre Lantier) et musique de chambre (Maurice Crut) où elle obtient un premier prix dans chacune de ces disciplines. Elle suit des masterclass auprès de la pianiste Monique Haas.

Passionnée de musique de chambre, elle forme un duo avec Christiane Cukerstein, violoniste à l'orchestre de Paris, et interprète les grandes oeuvres du répertoire, sonates de Brahms, Beethoven, Mozart, Prokofiev, Bartok, Szimanowski, tant en France qu'à l'étranger.

Elle donne au Théâtre du Châtelet un concert avec la violoncelliste Maryse Laufer où elles interprètent les deux sonates pour violoncelle et piano de Brahms et la suite italienne de Stravinsky.

Catherine LUCA participe également à diverses émissions radiophoniques, notamment France Musique; elle crée ainsi au musée d'art moderne de Paris une oeuvre de Claude Baliff  "minuit pour géants", sur un poème de Tristan Tzaza, sous la direction d'Alain Germain.

Elle donne un concert en hommage à Django Reinhardt dont son père, Francis LUCA, fut l'un des contrebassiste dans le quintet du Hot Club de France. Le jazz fait en effet partie intégrante de sa culture musicale.

Son intérêt pour l'enseignement lui fait prendre en charge une classe de piano ainsi que de musique de chambre au conservatoire de Clichy la Garenne, où elle enseigne aujourd'hui avec autant d'intérêt que de passion.

Dans le même temps, elle poursuit ses concerts en duos, 4 mains, 2 pianos, trios, quatuors etc. et interprète, outre les grandes oeuvres du répertoire, ses compositeurs favoris : les grands romantiques, Schumann, Brahms, Chopin entre autres, et la musique française pour laquelle Aldo Ciccolini lui a ouvert des horizons insoupçonnés.

Née à Bucarest en 1981, Gabriela UNGUREANU commence ses études de piano à l'âge de 5 ans. Elle étudie au lycée de musique "Georges Enesco" de Bucarest (1989-2000), auprès d'Alma Peter-Apostoleanu. Elle entre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dans la classe d'Alain Planès en piano et Alain Meunier en musique de chambre, et y obtient en juin 2006 le Prix de Piano Mention Très Bien à l'Unanimité. 

Elle poursuit ses études dans le cadre du cycle de perfectionnement du CNSM de Lyon, auprès de Géry Moutier. En 2007 elle est admise à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en Belgique, dans la classe de Abdel Rachman El Bacha. 

Elle a suivi des master classes de Menahem Pressler (Etats-Unis), Anne Queffelec, Karl-Heinz Kaemmerling (Allemagne), Rudolf Buchbinder (Autriche), Jean-Claude Pennetier (lors de l’Académie Ravel à Saint-Jean-de-Luz, où elle se voit distinguée par le Grand Prix Ravel de l'Académie). 

En 2006 elle devint lauréate de la Fondation des Banques Populaires. Elle est titulaire de nombreux prix aux concours internationaux: 1er Prix du Concours International du Val Tidone (2006), Italie, Grand Prix du Forum Musical de Normandie (2005), 1er Prix au Concours International de Pinerolo- Italie (2005), en duo avec la violoniste Vineta Sareika, 2ème Prix au Concours "J. S. Bach" (2OO6), 1er Prix et Prix spécial du jury au Concours International "Carl Filtsch" (Sibiu, Roumanie 2002). 

Gabriela Ungureanu se produit régulièrement en Roumanie, Belgique, Suisse, Hongrie, France, Italie, Danemark, Angleterre, au Théâtre du Châtelet, à l’Hôtel National des Invalides ou au Théâtre Mogador à Paris, au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, à la Radio Nationale de Budapest ou encore à l’Athénée de Bucarest, ainsi que dans des festivals réputés (Festival Pablo Casals, Le Diecigiornate di Brescia, La Roque d'Anthéron, Armonie sotto la roca). 

Elle joue aux côtés de musiciens tels que Gérard Poulet, Christian Ivaldi ou le quatuor à cordes Fitzwilliam. 

On a récemment pu l’entendre sur les ondes de France Musiques, dans l’émission "Dans la cour des grands".